Seydina Ababacar raconté par Imam Mouhamadou Sakhir

Cheikh Matar GAYE

Commission Scientifique

Seydina Ababacar est cité  dans presque tous  les poèmes d’Imam Sakhir  Gaye, louant les qualités et attributs de cet illustre fils du Mahdi.

Il serait aisé de reconnaître la personnalité de ce saint homme à travers les poèmes chantés par son élève.

Plusieurs de ses qualités sont louées à travers de beaux attributs parmi lesquels on peut citer, le modèle, l’inspiré, l’aspirant, l’exégète, l'espoir de toute une communauté, le sosie de Limamou Mahdiyou, la porte du savoir, l’héritier de la lumière du Mahdi, la pierre précieuse.

La disparition de Seydina Aboubacar fut un moment douloureux pour le poète à cause de l’immensité de la perte qui a fait naitre une souffrance nécessitant une endurance à la dimension de celle du Prophète Ayoba.

C’est ainsi qu’il a débuté son élégie par louer Dieu et lui manifester sa Foi sincère et profonde sur tout ce qui découle de sa volonté en exhortant les croyants à accepter la volonté d’Allah (Swt).

Accepter la volonté divine est une condition absolue de la foi.  On ne peut favoriser celui à qui Dieu refuse de donner, ni refuser le bienfait sur celui que Dieu agrée.

Toute personne qui connait cette élégie, peut sentir la douleur et l’anxiété qui habite le poète et le choc laissé par la disparition du fils de l’Imam Mahdi. Cette douleur s’explique par la grande déception vécue après avoir nourri autant d’espoir sur cet illustre homme.

Alhamdu li Laahi gëm Buur Yallah war na
Te gëm dogalam ya ndéém sunu diiné wer na

Li Yallah dogal ci ab jaamam manul jaas
Di nay am fawwa ndeem attem ba daw na

Lu jiitu amuk mbindeef yi ci ay junniy at
La Yallah dogal dogal ya te loolu wér na

Ba looloo tax lu Yallah dogal ci ab jaam
Du dañ ci pexeem mbindeef ndeem Yallah bañ na

 

vSa dimension

Laayeen goo xamne amatul Seydinaa MBay
Xanaa asamaan su amatul janta xam naa

La dimension du Saint homme prend la métaphore d’un ciel assombri car une communauté sans Seydina Ababacar est comme un soleil apocalyptique.

A ce propos le poète ressent une douleur due au vide laissé par Sérigne Mbaye dans la communauté et le monde entier

L’Altruiste

Mbindeef la mu Yallah amaloon ngir ga aajoy
Mbindeef yi ku jaaxlé waa ba jubal fa rawna

  1. Seydina Ababacar était un homme qui s’illustrait dans les précieuses aides apportées aux nécessiteux et les conseils qu’il prodiguait.

C’est ce qui explique la convoitise qu’il suscitait chez les  contemporains, sans exception. Le prophète disait «  Allah consacre Certains de Ses Serviteurs à satisfaire les besoins des gens. Ceux-là seront à l’abri du châtiment d’Allah », rapporté par Abou hazim Tamam Ibn Mouhamet.

Le prophète évoque ici les hommes sur qui Dieu place Son amour, ce qui fait qu’Il ne fait pas descendre sur leurs frères des calamités.

Ils ne sont arrivés à ce grade qu’en rendant service  aux hommes  et qu’en s’investissant sur la réalisation de leurs vœux.

Il est rapporté par Tabarani dans El Aousat selon Anas (qu’Allah l’agrée) que le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) a dit :  « « Jamais la terre ne sera dépourvue de 40 hommes qui seront comme l’ami du Tout-Miséricordieux (Seïdina Ibrahim (paix sur lui)), par eux ils reçoivent la pluie, par eux ils sont secourus et il n’y en a pas un d’entre eux qui ne meurt, sans qu’Allah le remplace par un autre ».

vUn trésor du Mahdi

Te ndamba la woon bu feeñoon fii ci Kap weer
Te doon meññat ci Mahdiyu loolu wer na

Il fait allusion au propos rapporté par Ali ibn talib qui disait que Dieu a des trésors qui n’ont pas d’or ni d’argent mais ce sont de fins  connaisseurs de Dieu, ils sont les conseillers du Mahdi.

vLe descendant  du Mahdi

Te ndamba la woon bu feeñoon fii ci Kap weer
Te doon meññat ci Mahdiyu loolu wer na

 

Dieu a de tout le temps accordé une bonne descendance à ses illustres hommes. « Nous lui fîmes donc de Isaac et Jacob ; et de chacun nous fîmes un prophète » sourate 19 verset 49. « Et à David,  nous fîmes don de Salomon -quel bon serviteur !il était plein de repentir » S38 V30

« …Accorde moi de Ta part un descendant qui hérite de moi et hérite de la famille de Jacob et fait qu’il te soit agréable, ô mon seigneur  »S19 V5-6

« Nous l’exhaussâmes lui donnâmes  Jean Baptiste » S21 V90

vL’héritier  du Mahdi

Nanguk ñaan ak fajuk haajoo ki feebar
Donoom ci Limaamu Laay la te loolu sax na

Il a hérité la sainteté de son père par la rapidité à soigner des malades. Cheikh Mahtar Lo dit dans son livre Busral Mouhibine  « Il (le Mahdi) soignait les maladies par les paumes des mains, par un simple toucher. Chaque malade qui venait à lui était satisfait sur la rapidité de l’exhaussement de ses prières »

vLe sosie du Mahdi

Fu nuy xooleeti Baay Laay ciw meloom ak
Doxin waak, wax ju xumba ja, niir wa dem na

La ressemblance physique fait naître une autre signification symbolique. « Allah c’est Lui qui vous donne forme dans les matrices comme Il veut » (S3 V6)

Il est rapporté de Jabir que le prophète avait dit « les prophètes me sont présentés, Moussa ressemble au peuple Chanoua, j’ai vu Issa ibn Marryam, il ressemble à ‘Urwa ibn Mas’ûd. J’ai vu Ibrahim ressembler à votre bien-aimé .On me montra Djibril il ressemblait  à Dahya » et selon ibn Rumh «  Dahya ibn Khalifa» rapporté par Muslim.

vLe disciple de Limamou Lahi Mountazar

Ca leetar yooya Baay Laay jangaloo woon
Seriñ MBay Caw kerook lako sol ba raw na

Ba Baay Laay naako MBay kula laaj sa meetar
Ci xamxam neel Limaamu sangub jamaana

Ku lay laaj meetarub Baay Laay waxal neel
Xanaa Buur Yallah rabbul 'aalamina

Seriñ MBay daana netali lii "miraaran"
Ba moo tax xamxamam ku ka xam ne yay na

 

Son père Seydina Limamou est son maitre. Il a reçu la baraka qui lui a permis d’avoir une capacité d’assimilation de toutes les sciences.

Seydina Ababacar disait d’ailleurs que par le miracle de son père, il assimilait en un jour ce que les apprenants maitrisaient en une semaine, en une semaine pour une durée d’apprentissage d’un mois et en un mois le programme  d’une année.

vL’homme aux océans de savoir

Waxal neel geej la woon gudi fuur ci xamxam

Ci "zaahir" ak ci "baatin" loolu wer na

 

"Fiq-aaki Luxaak Nahwok Taarix  'Aruud" ak

"Bayaan Siira'ak Hadiis Tafsiir Xur'aanaa"

 

Bu daan hadiis ci lenn ci yii da ngay yeem

Te andak xol bu feex ba nga naa rafet na

 

Limaamul Mahdiyoo ko soloon ci baatin

Ci geeji "hikam" la duy ba ndabam fengatna

 

Les deux océans sont l’immensité du savoir détenu par Mame Mbaye dans les sciences ésotériques et islamiques. En effet, il existe deux portes du savoir. La première  est ouverte et accessible à tous. Ce sont les sciences acquises par l’effort. Mais il existe  une autre forme de savoir ésotérique réservée à une Elite appelée (Hilmou ladouni). Ce savoir est réservé aux croyants sincères. Dieu dit «  Et craignez Allah. Alors Allah vous enseigne et Allah est Omniscient ». Sourate 2 Verset 282

Les sciences ésotériques sont obtenues par la miséricorde de Dieu (swt) par la pratique des connaissances déjà assimilées. Le prophète (PSL) renseigne dans ce sens dans un hadith de Abdou Nahim « Toute personne qui accomplit les actions apprises, DIEU lui réservera une connaissance qu’il ignorait ».

vL’âme convoité par les anges

Malaayka yi sax xëcoo nanu ruu ga ñii naan

Na dem tey ñii ne bumu dem fan wi des na

 

Kerook Baay Mbay xëmoon na ba dellu ximmi naan

man dey gis naa ludul jaas dik bi ñëw na

 

Limamoo ngii di may woo faw dinaa dem

Malaayka yi ñooy werante ni saa si jot na

 

Il lui est arrivé de perdre connaissance à l’approche de l’heure. A son réveil, il dit que les anges discutaient sur l’heure de mon voyage vers l’Imam Mahdi, cependant mon père a pris décision de me rappeler vers lui. A ce niveau, une question se pose : qu’est ce qui explique l’attitude des anges ?

En effet, le décret a deux natures, un décret irrévocable, Allah dit : « Chez Moi, la parole ne change pas » et un autre dépendant des comportements de l’homme détenu par les anges. En exemple, le destin d’un homme déjà tracé peut connaitre une évolution ou un changement, à cause d’une bonne action ; soit une charité ou une prière. Ce décret peut changer à tout moment. Dieu dit dans le coran « Allah efface ou confirme ce qu'Il veut et l'Ecriture primordiale est auprès de Lui. » (Sourate 13 verset 39)

C’est ce que renseigne le hadith rapporté par Tirmizi  « ce qui annule le décret divin est un acte de charité ou une prière exhaussée » et dans un autre hadith rapporté par Tabarani et Ahmad, le prophète (PSL) dit « La prière est l’un des moyens qui peut annihiler le décret divin soit-il des évènements à venir ou ceux en cours ».

La suprématie de la mission de Seydina Limamou (PSL) se fait sentir à ce niveau. Rappelons les propos de Seydina Limamou dans les moments de difficultés en partance pour Gorée : « Si toutes les créatures fortifiées dans une vérité absolue se liguaient contre moi accablé d’imperfections, Allah fera parfaire mes imperfections en vérité immuable et celle des autres créatures en mensonge » rapporté par cheikh Mahtar Lo dans Busral Mouhibine.

vLa créature qui a attristé les cieux et la terre

Kerook bañu nee Sëriñ Mbay Caw nelaw na

Ku xam Baay Mbay bu sella xolam lëndëmna

 

Malaaka ya nekk kaw asamaaw yi jooy na

Ngirek ruuham ga leen romboon ba wëy na

 

"Jibaalu" yi ak "buhuuru" yi geej yi jooy na

Ba jënn ya ca biir di sabbal mbër nelaw na

 

Garab yeek suuf si ak asamaan yi jooy na

Ci ak faatoom kudul kook xol ba dee na

 

Dieu dit dans le coran que les infidèles n’auront aucune compassion de la part des cieux et de la terre à l’approche de la mort. «  Ni le ciel ni la terre ne les pleurèrent  », (Sourate Douhane 44 verset 29)

Ibn Kassir dit dans son commentaire de ce verset : «  ces créatures sont méprisées par les cieux car leurs actions ne méritent de la part du Seigneur une infime miséricorde. En effet, leur vie sur terre ne mérite aucune attention ».

Il est rapporté de Annas, dans son livre Musnad, de Abû Ya’lâ, de la part du prophète que « chaque être à deux portes aux cieux ; une porte pour son profit et une porte pour ses actions et ses propos. A l’heure de sa mort toutes les deux portes se referment à jamais et pleurent sa disparition. »

Moudjahid a dit : « un musulman ne disparait sans que les cieux et la terre ne le pleurent pendant 40 ans » C’est pourquoi à la mort de Mame Babacar, toutes les créatures ressentirent du chagrin sauf les hommes aux cœurs assombris.   « N'as-tu pas vu que c'est devant Allah que se prosternent tous ceux qui sont dans les cieux et tous ceux qui sont sur la terre, le soleil, la lune, les étoiles, les montagnes, les arbres, les animaux, ainsi que beaucoup de gens ? Il y en a aussi beaucoup qui méritent le châtiment. Et quiconque Allah avilit n'a personne pour l'honorer, car Allah fait ce qu'il veut ». Sourate 22 verset 18

La vie des hommes de Dieu est un bienfait et leurs morts restent un grand chagrin

Nabee noon waaju am xamxam bu faatoo

Ku tiitul moodi ab naafeq wer na

 

 Te ab nafeq "Jahanama" moodi neegam

Ëllëk ca la jëmm ca "asfala saafiliina"

 

« Et si Allah ne neutralisait pas une partie des hommes par une autre, la terre serait certainement corrompue. » Sourate 2 Verset 251

Allah (swt) peut préserver cent personnes d’un malheur grâce à la bénédiction d’un de leurs voisins, à qui il voue beaucoup d’estime.  Ali ibn Talib dit :« Si ce n’était pas les sincères croyants qui vivent entre nous, Allah ferait périr le Monde et ses habitants ».

Dans le Tafsir de Dourul Mansour, il est dit qu’Allah assure la sécurité d’une communauté retranchée dans sa concession par l’amour qu’il porte envers une créature parmi elle.

Un hadith rapporte que « les fidèles croyants finissent par déserter ce monde périssant, en y laissant les mécréants frivoles qui le convoitent jusqu’à l’apocalypse. » Douroul Mansour.

C’est ce qui explique la peine et le chagrin que devait ressentir tout croyant à la mort de Seydina Babacar Laye.

Tout homme doué de raison était habité par le chagrin, sauf les hypocrites qui ne méritent que l’enfer comme demeure.

En principe, la mort d’un saint homme doit toujours susciter la peur et la crainte chez le croyant.

Imam Sakhir termine son hommage en rappelant aux hommes l’alerte que constitue la mort des saints, et leur conseille de ne pas s’attacher à la mondanité, car le monde trahit toujours celui qui le convoite. Ainsi, ça doit être considéré comme un lieu de transit, pas un lieu de séjour.

Imam Sakhir a prié autant pour Seydina Mandione qui fut khalife de Seydina Limamou durant cet épisode douloureux.

Seydina Babacar est mort depuis un demi-siècle, mais ces œuvres restent toujours de mémoire pour la plupart des fidèles. Cependant le monde se vide de ses loyaux serviteurs et la mort nous cherche de toute part. Le plus éveillé est celui qui imite ces illustres serviteurs de Dieu, pour donner un sens à sa vie et pour rejoindre les hommes de Dieu, comme indiqué dans la sourate 12 Youssouf verset 101. « Fais-moi mourir en parfaite soumission et fais-moi rejoindre les vertueux »

Que la paix et la bénédiction de Dieu soit sur vous.

Cheikh Matar GAYE

Mentions légales Copyright ALL RIGHTS RESERVED © 2017 Groupe Almahdiyou.org

webmaster designer Mame Alassane DIOP

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Clean
  • w-googleplus
  • YouTube Social  Icon