Premier sermon de Seydinâ Limâmou Lâhi (PSL)

« Ce sermon est le plus connu des sermons de Seydinâ Limâmou Lâhi (PSL), car c’est avec lui uniquement que les guides Lâyènes exhortent les disciples lors des deux fêtes religieuses ('Îdoul Adhâ "Tabaski" et 'Îdoul Fitr "Korité"). Il comprend des recommandations, des paroles de sagesse, des exhortations utiles. Seydinâ Limâmou Lâhi (PSL) exhorte les croyants à l’unité, la fraternité, l’amour, la crainte de DIEU, la confiance en Lui, la sincérité dans tous les actes, le souvenir de DIEU, et le fait de ne consommer que ce qui est licite. Il attire leur attention sur la précarité de ce monde, il leur ordonne de l’abandonner et de s’accrocher à ce qui demeure. Il leur ordonne de s’occuper de leurs familles, il y explique encore les qualités du Guide religieux, ses obligations vis-à-vis de DIEU, ses devoirs envers ses disciples, tout cela après avoir défini les responsabilités de tout chef dans un pays, dans un village, les responsabilités des juges, des propriétaires de maisons. Il leur rappelle encore la mort comme elle intervient par surprise, ainsi que les états de peur dans l’au-delà. Puis il complète ses recommandations par l’exhortation au repentir, la prière, la recommandation du bien, l’interdiction du mal, la clémence réciproque. »

Au nom de Dieu, le Clément et le Miséricordieux.

Louanges à Dieu qui créa les créatures et mit parmi les hommes ses Envoyés, et qui, parmi ceux-ci, choisit Mohammed et le rendit supérieur à tous les Envoyés ; il est le meilleur des créatures. Et, de même, Dieu a fait de son peuple le meilleur des peuples. Que Dieu répande sur lui, sur sa famille et ses compagnons ses faveurs et la Paix.

Cela étant dit,

Ce message est adressé par Limamou Laye à tous ses adeptes et à tous les musulmans, hommes et femmes, adultes et jeunes. Que la Paix soit avec vous et vos familles, ainsi que la miséricorde divine.

Le but de ce message est de vous faire savoir que je vous salue et je m’enquière de vos situation favorables, comment vont les affaires, comment vous portez-vous, comment va la maison, vivez-vous en Paix ?

Je vous recommande de multiplier vos efforts pour obéir davantage à Dieu et à son Envoyé et pour raffermir votre foi. Ne faites, les uns pour les autres que du Bien. Aimez-vous les uns les autres. La religion, c'est la disponibilité généreuse, c'est-à-dire la disponibilité à l'égard de Dieu, de Son Envoyé, de Son Livre, des chefs religieux et de tous les musulmans.

Etre disponible à l'égard de Dieu, c'est reconnaître Son unicité, exécuter Ses commandements, s'éloigner de ce qu'Il interdit et conseiller aux hommes d'agir dans le même sens.

Etre disponible à l'égard de Son Envoyé, c'est croire en sa Mission, l'attester, suivre ses commandements, abandonner ce qu'il interdit et pratiquer sa tradition.

Etre disponible à l'égard de Son Livre (le Coran) c'est le lire et le relire souvent, et pratiquer ce qu'il prescrit.

Etre disponible, à l'égard des chefs religieux, c'est les aimer, suivre leurs conseils, les aider dans les activités qui concernent la religion, et conseiller aux hommes d'adopter la même attitude à leur égard.

Etre disponible vis-à-vis de tous les musulmans, c'est les aimer tous, car comme l'a dit l'Envoyé de Dieu (que Dieu répande sur lui sa bénédiction et la Paix) : " le Croyant doit aimer tous les Croyants et ne doit en haïr aucun" et comme il l'a encore dit : " le vrai Croyant doit vouloir pour son frère Croyant, ce qu'il veut pour lui-même". L'Envoyé de Dieu (que Dieu répande sur lui sa bénédiction et la Paix) a dit : " ne vous haïssez pas les uns les autres, ordonnez le bien, déconseillez le Mal, tissez entre vous de bonnes relations".

Je vous recommande de renforcer vos relations par l'Amour car les habitants du paradis s'aiment. Écartez l'inimité et la haine, car vous êtes des frères. Sachez que le Croyant a pour frère le Croyant. Comme Dieu le Très Haut l'a dit : " les Croyants sont tous des frères, arrangez donc les différends de vos frères et craignez Dieu afin qu'il ait pitié de vous" (Coran, chapitre 49, verset 10). Sachez ô vous Croyants que le Croyant doit rester uni aux Croyants, lesquels s'unissent à lui. Celui qui ne le fait pas ne reçoit pas l'aide de Dieu.

Ne cherchez pas à vous surpasser les uns les autres dans l'acquisition des richesses de ce bas monde. Cherchez plutôt la concurrence dans l'obtention des richesses de l'autre monde. C'est ça qui procure la fortune éternelle et des honneurs élevés. Ne soyez pas avides des biens de ce bas monde, car ce monde-ci est (comme) un cadavre (impropre à la consommation). Seuls les chiens et les vautours mangent un tel cadavre. Détachez-vous donc de ce bas monde ne le suivez pas, car c'est une demeure qui va vieillir et disparaître. Or sa disparition est proche.

Méfiez-vous des ouï-dire et des "on a dit que...", car bien souvent ce qu'on raconte et ce qu'on entend ne correspond pas à la réalité. Ne nourrissez à l'égard de vos frères que de bons soupçons. Évitez les mauvais soupçons. Dieu est à l'affût des soupçons de ses serviteurs.

Ne négligez pas d'évoquer le souvenir de Dieu partout où vous vous trouvez. Le rappel du souvenir de Dieu diminue les mauvaises actions et multiplie les bonnes. Or celui qui totalise beaucoup de bonnes actions et peu de mauvaises aura pour demeure le paradis, s'il plaît à Dieu. Dieu le Très Haut a dit : "pensez à Dieu que vous soyez debout, assis ou couchés" (Coran, chapitre 4, verset 103.)

Méditez sur les prodiges de Dieu, comme la création des Cieux et de la Terre. Dieu a ordonné que l'on multiplie son souvenir, car Lui le Très Haut a dit : "répétez souvent le nom de Dieu et célébrez-le matin et soir" (Coran, chapitre 33, verset 41).

Pensez à Dieu, à tous les endroits, car ces lieux porteront témoignage en votre faveur le jour du jugement dernier.

Ne consommez et ne buvez que ce que vous avez honnêtement acquis, ne montez que sur ce qui est honnêtement acquis, ne portez que des vêtements honnêtement acquis. N'utilisez, sur l'ensemble de tout ce qui peut vous servir, que des choses proprement acquises.

Ce qui est proprement acquis, c'est ce que vous avez gagné honnêtement. Le Bien mal acquis sera la première chose que l'on déchirera du ventre de l'homme, le jour du jugement dernier. Un Bien mal acquis peut gâcher une grande richesse, comme une cuillerée de sang peut souiller une calebasse de lait.

C'est de cette manière qu'un petit Bien mal acquis peut gâcher une grande richesse honnêtement gagnée. Le signe de la déchéance chez l'homme, c'est le fait de s'approprier tout ce qu'on a envie de posséder, sans se soucier de la manière honnête ou malhonnête, ou obscure, de l'acquérir.

Ô mes compagnons, hommes et femmes, je vous engage à vous laver (l'esprit et le corps) dans ce monde-ci, car il vaut mieux le faire ici que d'être soumis à ce lavage dans l'autre monde. Comme Dieu le dit : "et ils trouvèrent présent devant eux ce qu'ils avaient accompli" (Coran, chapitre 18, verset 49).

Ceux qui prennent note des actes et des paroles (des hommes) demeurent vigilants à tout instant et ne laissent rien passer. Soyez pleins de zèle dans l'obéissance à Dieu et à son Envoyé, et repentez-vous à chaque instant.

Regretter ce qui est déjà passé, réparez ce qui peut l'être, et prenez de bonnes résolutions. Servir Dieu est un devoir de toute créature, car Dieu le Très Haut a dit : "Je n'ai créé les hommes et les djinns qu'afin qu'ils m'adorent" (Coran, chapitre 51, verset 56).

Il a encore dit Lui le Très Haut "il ne leur a été demandé que d'adorer Dieu par un culte sincère" (Coran, chapitre 98, verset 5). Adorez Dieu et ne vous laissez pas aller comme si vous étiez à l'abri des stratagèmes de Dieu. "Seuls les perdants se croient à l'abri des stratagèmes de Dieu" (Coran, chapitre 7, verset 99). Persistez corps et âme dans la crainte sincère de Dieu, et l'humilité. Craignez Dieu, craignez ses châtiments et ses calamités, et espérez obtenir sa miséricorde par l'intercession de la sainteté de son Envoyé (Paix et bénédiction de Dieu sur lui). Ne vous fiez pas au seul mérite de vos actes. Partagez votre cœur entre l'espérance en Dieu et la crainte de Dieu. Soignez avec précaution cette crainte de Dieu, comme, en vérité, il se doit. Il a dit dans son livre : "la meilleure provision, c'est la crainte de Dieu, craignez-moi donc ô vous qui êtes doués d'intelligence" (Coran, chapitre 2, verset 197). Dieu le Très Haut a encore dit : "adore ton Dieu jusqu'à ce que la mort vienne à toi" (Coran, chapitre 15, verset 99).

Moi, Limamou Lahi, qui vous parle, sachez que tout ce que je vous conseille pour l'accomplissement du Bien par le corps et par la parole, tout cela, s'il plaît à Dieu, je le pratique à tel point que vous ne pourrez pas en faire autant. Prenez exemple sur moi et prenez exemple sur mes actes et mes paroles. Si vous le faites complètement, je vous conduirai dans la voie du salut.

Je vous recommande d'éviter la médisance, la calomnie, le mensonge, la trahison et le fait de raconter beaucoup de choses sur quelqu'un que vous n'aimez pas. Évitez la jalousie, la haine, l'orgueil, et l'ostentation. Purifiez vos œuvres en les consacrant à Dieu. L'Envoyé de Dieu (bénédiction de Dieu et Paix sur lui) avait dit à ses compagnons : "ne vous haïssez pas, ne soyez pas jaloux les uns des autres, ne vous éloignez pas les uns des autres, ne vous provoquez pas et évitez de vous humilier les uns par les autres. Soyez frères, vous les serviteurs de Dieu". Moi aussi, je ne vous recommande rien d'autre que cela.

Je vous recommande la pratique régulière de la prière. La première chose sur laquelle on questionnera l'homme, le jour du jugement dernier, c'est l'accomplissement de la prière, ainsi que le respect de ses règles et conditions d'exécution.

Je vous recommande de vous occuper de vos familles. Chacun de vous est un berger, or le berger est responsable de ce dont il est le gardien. Au chef d'un pays, on demandera des comptes sur la manière dont il a gouverné son pays. Au juge on demandera des comptes sur les affaires du village. Au père de famille, on demandera des comptes sur sa famille. Au possesseur d'une chambre, on demandera des comptes sur l'utilisation de cette chambre. A la femme, on demandera des comptes sur le respect de la chambre de son mari, et de son lit. On demandera au serviteur de rendre compte de la manière dont il s'est occupé des affaires de son maître. De même, les différentes parties du corps de l'homme donneront un témoignage sur ce qu'on a fait.

Je vous recommande donc le bon accomplissement de vos devoirs familiaux. Un père de famille défaillant sera accusé par les membres de sa famille devant Dieu le Très Haut. Ils diront "ô notre Dieu, celui-là était notre chef, mais il ne nous a jamais conseillé d'adorer Dieu, prends donc sur lui les préjudices qu'il nous a ainsi causés". On évaluera alors l'étendue des préjudices, et l'on déduira le tout de la somme des biens qu'il possède. S'il n'en possède pas, on puisera sur les pêchés des membres de sa famille une quantité équivalent aux préjudices, pour l'ajouter à ses propres péchés. Si les membres de sa famille en arrivent à cela, c'est à cause de l'aveuglement et de la frayeur qui les frappent, à la vue de l'enfer, de ses supplices, de ses flammes et étincelles, tandis qu'ils ne savent pas comment en être sauvés. Voilà pourquoi, on prélève sur le père de famille les préjudices résultant du fait qu'il n'a pas conseillé ou éduqué les membres de sa famille. De même, des femmes diront "ô mon Dieu, celui-là était mon mari sur la Terre. Il me battait pour m'imposer le respect de son lit. Il ne m'a jamais battue pour manque d'obéissance à Dieu et à son Envoyé, ou pour manque de pratiquer les prières, le lavage rituel, les ablutions et le jeûne. Il ne m'a jamais interdit la danse, les chansons frivoles, le bavardage et les injures. Ô mon Dieu prends sur lui les préjudices qu'il m'a ainsi infligés". Les fils diront aussi : "ô notre Dieu, prends sur notre père les préjudices qu'il nous doit : il ne nous avait pas donné un nom qui figure parmi les noms des saints, il ne nous a pas éduqués, il ne nous a rien fait savoir du Livre de Dieu ; il ne nous avait pas interdit ce que Dieu interdit; il ne nous avait pas conseillé la pratique des commandements de Dieu, il nous avait abandonnés, et nous avait laissés l'entière liberté de faire le Mal, ô Dieu prends donc sur lui les préjudices qu'il nous a infligés". Les esclaves, hommes et femmes diront, "ô notre Seigneur, celui-là fut notre maître sur Terre, il nous ordonnait de travailler, nous chargeait de commissions pour la satisfaction de ses propres besoins, et se montrait hautain à notre égard, mais il ne nous a jamais ordonné d'obéir à Dieu et à son Envoyé, et lorsque nous avions fini, de travailler pour lui, il nous laissait l'entière liberté de faire ce que nous voulions : il ne nous a rien fait savoir sur les commandements de Dieu, il ne nous avait pas interdit ce que Dieu interdit, ô notre Seigneur prends sur lui les préjudices qu'il nous a infligés".

Dieu est un Souverain juste. A chaque créature, il paiera ce qui lui est dû comme préjudice, le jour du jugement dernier, de sorte que nul ne devra plus rien à personne, il y aura, de même, le jour du jugement dernier, des préjudices qui peuvent résulter pour vous, de tout ce que vous possédez : moutons chèvres, chevaux, chameaux, volaille ou tout autre chose. Or chaque responsable d'un préjudice subira le prélèvement de la valeur du dommage qu'il a causé car Dieu s'est interdit à lui-même l'injustice et a décrété son interdiction parmi ses serviteurs or Dieu sait tout et n'oublie rien. Tout ce que vous avez fait se trouve, conservé dans le Livre de Dieu (Lawkhil Mahfouz) jusqu'au jour du jugement dernier. C'est un jour à craindre, les secrets seront divulgués, celui qui possède à son actif une bonne action en aura jouissance, par contre celui qui possède à son passif une mauvaise action en pâtira.

Soyez prompts à vous repentir ; n'hésitez pas trop lorsqu'il s'agit d'accomplir le Bien. Que celui qui a l'intention de faire du Bien fasse vite avant que l'occasion n'échappe. Par contre, que celui qui est sur le point de faire du mal se donne des délais, afin qu'il puisse entre-temps abandonner son projet. Dieu inspire la pratique des bonnes œuvres à celui qu'il veut combler de ses faveurs. Soyez patients, et supportez-vous, les uns les autres, avec patience. Unissez-vous, craignez Dieu afin que vous fassiez partie des bienheureux, et que vous soyez sauvés des supplices douloureux et violents de Dieu.

Je vous recommande de circoncire les jeunes garçons et de marier les jeunes filles, car la mort vous cherche à chaque instant. Or la mort est un lot réservé à tout vivant. Dieu le Très Haut a dit : "Toute âme goûtera la mort" (Coran, chapitre 3, verset 185). Or la mort ne vient que par surprise, elle interrompt les projets d'avenir, rend orphelins les enfants ; elle finit par disperser les groupes (d'amis, de parents ou autres). Or la mort est un breuvage de regret que boira toute âme. Après l'avoir bu, celui qui pratiquait de bonnes œuvres regrettera de n'avoir pas fait davantage de Bien. Celui qui faisait le Mal regrettera aussi, là où les regrets n'ont aucune utilité. La mort séparera ceux qui s'aiment deux époux, la mère et son enfant, deux amis, deux intimes. Elle réduira toute maison en ruine. Nombreux sont les pays ou grandes villes et villages qui ont fini par être un lieu désert. Nombreux sont ces lieux abandonnés qui furent avant leur décadence remplis de monde, de beaux bâtiments et maisons que la mort a fini par anéantir.

Rappelez-vous le jour où Dieu ordonnera à Asraafil de souffler dans la trompette. Ce jour-là, dès qu'il aura soufflé, nul ne manquera à l'appel ; les anges, les hommes, les djinns et les autres créatures, tous se réveilleront et se tiendront debout. C'est le jour où l'on verra les cheveux d'un enfant blanchir à cause de la frayeur. Craignez donc ce jour et faites de bonnes œuvres pour ce jour. Celui qui aura devant lui ses bonnes ouvres en sera plein de joie.

Tous les Envoyés de Dieu, tous les Saints et tous les connaisseurs de Dieu craignent ce jour-là. Ce jour, une femme qui allaiterait un enfant serait aveuglée au point de ne plus reconnaître cet enfant, une femme enceinte subirait un avortement, à cause de la frayeur. On verra des gens agités par une ivresse due non pas à la boisson, mais à l'intensité en eux des supplices de Dieu.

Sachez qu'il est du devoir de tout chef religieux de pratiquer avec ferveur les commandements de Dieu et de son Envoyé, et de conseiller à ses adeptes d'en faire autant. Il doit leur inspirer la crainte des supplices de Dieu, leur rappeler constamment Dieu, les avertir, les exhorter à s'éloigner du Mal. Il ne doit pas chercher à obtenir de ses adeptes des avantages qui lui importent plus que leur pratique des commandements de Dieu et de son Envoyé.

Celui qui appelle les hommes vers Dieu, qui prétend détenir une voie droite, qui cherche à avoir des adeptes et qui se soucie surtout de s'enrichir auprès d'eux, ou le chef religieux qui laisse ses adeptes se conduire selon leur bon plaisir, sans qu'il les avertisse, ou qui leur promet le salut dans l'autre monde sans que cela soit par leur pratique des commandements de Dieu et de son Envoyé, est un homme qui s'est précipité lui-même dans la colère de Dieu. Et il a en outre égaré et condamné ses adeptes. Ceux-ci réclameront le jour du jugement dernier le prélèvement sur leur chef religieux du montant des préjudices qu'ils ont subis. Mais ils ne pourraient le faire que s'ils ignoraient les mensonges de leur guide. En effet s'ils avaient suivi ce guide, connaissant ses mensonges, ou s'ils l'ont suivi parce qu'ils appréciaient la légèreté de ses principes et son indulgence à l'égard de leurs péchés, alors il ne leur servirait à rien de réclamer un dédommagement car ils sont comme leur chef des chacals destructeurs.

Ô vous Croyants, craignez Dieu, craignez la mort et l'ivresse de l'agonie ainsi que la violence de l'extraction de l'âme (du corps du mourant). Craignez l'obscurité de la tombe, l'interrogation faite par les anges, les supplices à l'intérieur de la tombe, la pression qu'exerce la Terre ainsi que la longue durée du séjour dans la tombe jusqu'au jour du jugement dernier.

Craignez le moment où l'on ressuscitera, la terreur du jour du jugement dernier, le pont Sirât, ainsi que l'enfer et les supplices réservés aux mécréants et aux hypocrites. Voilà des paroles qui suffisent pour convaincre.

Nul n'échappera à la mort. La Terre avalera tout ce que vous enfanterez.

Tout ce que vous amasserez comme richesse reviendra à vos héritiers. Blanchissez, lavez-vous et devenez propres ; il y a, en ce monde-ci, de l'eau et du savon (L'eau et le savon, c'est se repentir, demander le pardon de Dieu et exécuter correctement ses commandements). Si vous suivez ce que je vous dis, vous en verrez l'utilité demain à l'autre monde. Si vous ne le suivez pas, vous ne nuirez qu'à vous-mêmes. Vous ne pouvez en aucune façon nuire à Dieu. Moi je suis un donneur de directives, or Dieu le Très Haut a dit dans son livre : "Celui qui est un Envoyé n'a d'autre devoir que de transmettre" (Coran, chapitre 24, verset 54). Or moi j'ai transmis. Celui qui sera rebelle et aura préféré la vie présente aura pour demeure l'enfer appelé Jahîm. Celui qui aura redouté le moment de sa présence devant Dieu, et éloigné son âme des jouissances, aura le paradis pour demeure" (Coran, chapitre 79, versets 37, 38, 39, 40).

Sachez que notre temps est agité, cela signifie la fin des temps. Prenez comme exemple une eau qui s'épuise, ce qui reste au fond du récipient est toujours trouble.

Donnez fréquemment l'aumône, car l'aumône écarte les calamités et les accidents malheureux. Elle attire la fortune, et le jour du jugement dernier, elle constituera une ombre pour abriter celui-là donnait l'aumône. Il est écrit dans le Livre de Dieu "l'homme ne récoltera que le fruit de son action" (Coran, chapitre 53, verset 39).

Votre richesse ne peut vous être utile que par la portion qui a servi à vous nourrir, la portion qui a servi à vous habiller et la portion que vous avez investie pour demain dans une œuvre consacrée au service de Dieu.

Fatiguez votre corps par la pratique de la prière et du jeûne. Purifiez vos richesses par le paiement de l'impôt (la Zakat). Dieu a dit : "accomplissez la prière et payez l'impôt" (Coran, chapitre 2, verset 110). La prière est le pilier de la religion. Celui qui l'accomplit régulièrement en respectant ses conditions d'exécution et ses modalités comme ses stations debout, ses génuflexions, ses prosternations et ses invocations, celui-là a consolidé la religion de Dieu. Par contre, celui qui sous-estime la prière est un destructeur de la religion de Dieu.

Cependant les prières de celui qui ne paie pas la Zakat de sa fortune ne seront pas agréées.

Tâchez de conseiller constamment la pratique de bonnes œuvres et de déconseiller les actions mauvaises, car comme l'a dit l'Envoyé (bénédiction de Dieu et Paix sur lui) : "Ceux qui conseillent la pratique du Bien et déconseillent le Mal sont ceux qui seront le jour du jugement dernier assis sur des fauteuils moelleux, à l'ombre du Trône de Dieu".

Entraidez-vous, soyez patiemment indulgents les uns à l'égard des autres, instaurez la Paix entre vous, soyez cléments les uns envers les autres et soyez généreux les uns pour les autres. Dieu est à l'égard des Croyants très clément.

"Celui qui aura fait le Bien du poids d'un atome le verra et celui qui aura commis le Mal du poids d'un atome le verra aussi" (Coran, chapitre 99, versets 7 et 8).

Que Dieu ait pitié de vous, qu'il vous accorde le salut et la Paix et qu'il vous dirige dans le droit chemin. -- Amen.

Que la bénédiction de Dieu et le salut soient sur Muhammad, sur sa famille et ses compagnons.

Sermon 1 Seydina Limamou - Mbaye Basse
00:00 / 00:00

Mentions légales Copyright ALL RIGHTS RESERVED © 2017 Groupe Almahdiyou.org

webmaster designer Mame Alassane DIOP

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Clean
  • w-googleplus
  • YouTube Social  Icon