google.com, pub-1214054292722785, DIRECT, f08c47fec0942fa0

Mame Mambaye Gadiaga

Le royaume Gadiaga, baigné par le fleuve Senegal et la Faleme s'étendait à cheval entre le Senegal et le Mali. À l'heure actuelle nous ne disposons d'aucun document permettant de situer précisément dans le temps la date de fondation du Gadiaga. Cependant, l'étymologie du nom renvoie à deux concepts, soit Gadia = guerrier, se battre ; et Ga = suffixe indiquant le lieu ; d'où Gadiaga = terre des guerriers.

Fils de l'homme de Dieu  Aly Gadiaga et de la pieuse Sarata Ndiaye, Mambaye Gadiaga est ne en 1870 à Ndop. Son grand-père Bacary avait atterri à Dinguiraye (Senegal) après avoir quitté le Mali à la conquête d'un nouveau territoire dénommée Dinguiraye dans la région de Diourbel. D'après la tradition orale, Mambaye Gadiaga séjourna à Dakar, s'installa dans la maison d'un de ses parents en l'occurrence Lamine Gadiaga avant de s'établir à Malika pour répondre à l'appel de Seydina Limamou Laye (psl).

Grand érudit de l'islam, il exerça les fonctions d'Imam ratib de la grande mosquée de Malika. Sa réputation vient aussi de ses réalisations agricoles. Mambaye Gadiaga est connu pour les grands périmètres agricoles qu'il cultivait à Malika. Nul ne pouvait se convaincre de la capacité d'un homme et ses enfants d'entretenir et de recolter les hectares de terres que sont Tolou Baye Ndjine, Khisga, Mbatal yendou, Cofra, Rue Commandant. Cette dernière appellation fait suite à la visite effectuée par le commandant de l'époque sur son exploitation agricole. Ému de l'ampleur des terres emblavées, le commandant demanda le nom de la compagnie qui gère ses vastes superficies cultivées. Ce à quoi on lui répondît que ces cultures appartiennent à un homme. Sur ce, le commandant rétorqua que cela est impossible. C'est ainsi que l'agriculture lui permit de vivre avec dignité, mais aussi de réaliser plusieurs œuvres notamment le soutien des activités de la communauté Layene (construction d'édifices), l'impôt colonial qu'il payait de sa poche pour tout le village de Malika. Il partageait ses récoltes aux voisins et à tout nécessiteux à travers les dépôts de vivres dans sa concession ou la mise à disposition d'une partie de ses cultures pendant la moisson.

Sa concession fut le lieu d'hébergement de plusieurs érudits parmi lesqueon peut citer : Gorgui Abiboulaye de Dioualo, Gorgui Mor Wade, Baye Samba Laye. Baye Mamour Diakhate de Ngakham vécut longtemps dans sa maison avant de s'installer dans l'actuelle concession familiale des Diakhate. En même temps que Serigne Mamour, l'actuel Khalife général des Layenes a séjourné avec Mame Mambaye de retour de son service militaire. Al Assane Salam lui rendait souvent visite aussi.

La première rencontre entre Mame Mambaye Gadiaga et Baye Mamour Diakhate eut lieu en 1912, quand Seydina Issa Rouhou Laye (psl) ordonna aux disciples le défrichement du village de Gossas. Emu par sa force et ses capacités de travail, Serigne Mamour lui promit une visite de courtoisie. Arrivé à Malika, il s'émeut davantage devant l'ampleur de ses champs agricoles.

Le poète Libasse Niang a séjourné dans le domicile de Mambaye Gadiaga où il y composa nombreux de ses poèmes. C'est Mame Mambaye Gadiaga qui l'amena même à Camberene pour la présentation à Seydina Issa Rouhou Laye (psl) de l'œuvre " Seydee rohou rahmane donooy mahdiyoo ba yaraa ba laqoo batay yaa fi nee ....." 

Baye Mali Mbaye le frequentait beaucoup aussi.

Mame Mambaye est dans le lot des disciples de Seydina Limamou Laye (psl). Il avait aussi une amitié certaine avec Seydina Issa Rouhou Laye (psl), dont il fut le disciple aussi. D'ailleurs c'est Seydina Issa Rouhou Laye (psl) qui le nomma Imam ratib de la grande mosquée de Malika. Mame Mambaye Gadiaga céda un de ses vastes champs, toolou Baye Ndjine, au profit de Seydina Issa Rohou Laye (psl). Dans la même veine, un de ses champs était dédié au financement des œuvres d'un autre poète Layene bien connu.

Les nombreux cocotiers qui longeaient ses champs à Malika sont le résultat de la demande extraordinaire de 1000 arbustes dont il avait formulé auprès des services coloniaux. Une demande jugée exagérée aux yeux des blancs à l'époque. Mais il a plu planter et entretenir ces arbres et aujourd'hui encore ses fils et petit-fils jouissent  du fruit de son travail. Mame Mambaye fut enfin un guérisseur qui soignait beaucoup de maladies.

Gorgui Mame Mambaye Gadiaga s'éteignit en 1963 à Malika où il fut inhumé, après une prière dirigée par Chérif Abdoulaye Thiaw Laye, et sous le khalifat de Seydina Mandione Laye. Son mausolée fait l'objet de nombreuses visites de la part des musulmans venus s'y recueillir et formuler des prières. Et ses enfants prennent la relève sans nul doute jusqu'à nos jours. 

Nous terminerons cette biographie sommaire par ce généreux témoignage de Cherif Abdoulaye Thiaw Laye à l'intention de Mamadou Laye Ndir. Alors qu'il venait juste de s'établir à Malika, Mamadou Laye Ndir rendit visite à Cherif Abdoulaye Thiaw Laye et celui-ci lui dit : " Ah Mamadou tu n'as pas de chance parce que tu n'as pas trouvé Mambaye Gadiaga en vie" .

Assan Ninag GADIGA

Oumar CISS

Radio Almahdiyou

Mentions légales Copyright ALL RIGHTS RESERVED © 2017 Groupe Almahdiyou.org

webmaster designer Mame Alassane DIOP

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Clean
  • w-googleplus
  • YouTube Social  Icon